9788836622634-z

L'esposition "vers de nouveaux logements sociaux 2" fait suite à une première exposition du même nom exposée de 2009 à 2011. Cette nouvelle édition, comme la précédente, invite le visiteur à réfléchir au logement de demain, et en particulier au logement social et étudiant.

Maquettes et photos permettent de découvrir le travail des architectes et des urbanistes qui continuent à innover pour rendre le logement social plus agréable à vivre.

Hélas, à l'issu de la visite on a le sentiment qu'architectes et urbanistes n'ont pas appris grand choses de leurs erreurs du passé et continuent à se complaire dans un environnement d'autosatisfaction.

En matière d'intégration à la ville, de rapport à l'environnement, d’esthétisme, dans l’utilisation des espaces,  des formes et des matériaux, l’écrasante majorité des réalisations présentées dans l’exposition ne répondent pas véritablement aux problèmes posés par le logement social.

La plupart des bâtiments présentés ne sont que des « gestes architecturaux » pompeux témoignant de l’égocentrisme de beaucoup d’architectes et de leur incapacité à réaliser des bâtiments à vivre et non pas seulement des œuvre d’art à admirer dans les revues spécialisées.

Ainsi on retrouve encore beaucoup de monolithes aux formes et aux couleurs improbables, isolés de leur environnement. De simples effets de mode déjà dépassés.

L’exemple le plus brutal de cette architecture égoïste est le  « château social » de Frédéric Borel. Cet énorme monolithe écrase et oppresse tout son environnement à la fois par sa taille mais aussi par l’agressivité de ses formes.

L’immeuble « arc-en-ciel » de Bernard Büller à Bordeaux et « Télescopage » d’Edouard  François à Champigny sur Marne ne sont pas en reste en matière de mauvais goût architectural.

Néanmoins, quelques réalisations plus modestes attirent quand même l’attention par leur capacité à répondre à la problématique du logement social.

C’est le cas de « Microchirurgies » de Jacques Moussafir et Charles-Henri Tachon dans le 18ème arrondissement de Paris. Cette réalisation de quatre étages aux formes épurées s’intègre parfaitement à son environnement urbain. Pour ce bâtiment les architectes ont eu le souci de créer un bâtiment moderne s’intégrant naturellement à la ville. Avec aussi une volonté de créer un bâtiment mixte abritant logements sociaux et ateliers. On pourra néanmoins regretter l’utilisation du béton nu qui est un matériau qui ne vieilli pas bien et qui est assez brutal.

Finalement le projet qui réussit vraiment à séduire est « partage » dans le 19ème arrondissement de Paris du cabinet Metek Architecture. Ce bâtiment de quatre étages a la particularité de venir se loger dans la cour d’un immeuble. Parfaitement intégré à son environnement urbain, ce petit projet de 31 logements plus sept ateliers d'artistes est l’un des plus discrets de l’exposition mais aussi le plus réussi.

Les architectes du cabinet Metek ont réussi à répondre entièrement à la problématique du logement social. Intégration à la ville, mixité, confort, et une esthétique simple et efficace. Ce beau petit projet est le résultat d’une architecture humble.

La livraison est prévue en 2013, on ne manquera pas d’aller prendre des photos, en attendant je vous conseille d’aller faire un tour sur leur site internet.

Article connexe ici